L’UIP dénonce: « La RDC est le pays qui compte le plus de cas dont est saisi le Comité des droits de l’homme des parlementaires de l’UIP; en exergue les cas Eugène DIOMI NDONGALA et Chalupa » /UIP

 

L’UIP dénonce: « La RDC est le pays qui compte le plus de cas dont est saisi le Comité des droits de l’homme des parlementaires de l’UIP; en exergue les cas Eugène DIOMI NDONGALA et Chalupa » /UIP

uip 230316 EXTRAIT2

 

 

*

Service de presse

Suivez-nous sur Twitter
 diomi aux urgences

L’UIP de plus en plus préoccupée par la place toujours plus limitée qui est accordée à l’expression politique

Lusaka/Genève, le 23 mars 2016
L’Union interparlementaire (UIP) a exprimé aujourd’hui sa vive préoccupation quant à la place toujours plus limitée qui est accordée à l’expression politique dans le monde.
Dans une série de décisions sur la violation des droits de l’homme des parlementaires, adoptées à la fin de sa 134ème Assemblée dans la capitale zambienne, Lusaka, l’UIP déplore le musellement largement répandu de l’opposition politique.


L’UIP réaffirme également sa vive inquiétude quant à la situation de 34 parlementaires et anciens parlementaires en République démocratique du Congo (RDC) et les développements politiques qui se déroulent dans le pays avant les prochaines élections. La RDC est le pays qui compte le plus de cas dont est saisi le Comité des droits de l’homme des parlementaires de l’UIP. Ces cas concernent tous des violations de la liberté d’expression, l’absence d’une procédure régulière, la révocation arbitraire d’un mandat parlementaire et l’immunité parlementaire.

L’UIP est particulièrement préoccupée par l’état de santé de deux anciens parlementaires de la RDC, Pierre Jacques Chalupa et Eugène Diomi Ndongala. Ce dernier est en prison depuis trois ans suite à un procès que beaucoup considèrent comme profondément biaisé. L’Organisation demande une nouvelle fois que les deux hommes puissent recevoir des soins médicaux et que le droit à la nationalité congolaise soit reconnu à Monsieur Chalupa, afin qu’il puisse se rendre à l’étranger pour recevoir le traitement dont il a besoin et rentrer ensuite dans son pays.

Le Comité de l’UIP a recommandé que soit menée une mission de suivi dans ce pays pour que les cas puissent être résolus plus rapidement. La dernière mission menée par l’UIP en RDC s’est déroulée en 2013.

 

 

http://us8.campaign-archive2.com/?u=1ad826db47d771b01de9c3a2a&id=442437a3af&e=1c36f78683

Cet article, publié dans rdc, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s