DECLARATION POLITIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE FACE A l’IMPASSE POLITIQUE ACTUELLE Q UI RISQUE D’ABOUTIR A UNE CRISE POLITIQUE MAJEURE ET MORTIFERE POUR LE PEUPLE CONGOLAIS

DECLARATION POLITIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE FACE A l’IMPASSE POLITIQUE ACTUELLE QUI RISQUE D’ABOUTIR A UNE CRISE POLITIQUE MAJEURE ET MORTIFERE POUR LE PEUPLE CONGOLAIS http://democratiechretienne.org/2015/07/16/declaration-politique-de-la-democratie-chretienne-face-a-limpasse-politique-actuelle-qui-risque-daboutir-a-une-crise-politique-majeure-et-mortifere-pour-le-peuple-congolais/

DECLARATION POLITIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE FACE A l’IMPASSE POLITIQUE ACTUELLE QUI RISQUE D’ABOUTIR A UNE CRISE POLITIQUE MAJEURE ET MORTIFERE POUR LE PEUPLE CONGOLAIS

par FreeDiomi le 16 juillet 2015
dec pol dc du 160715 ENTETE
dec pol dc du 160715 ENTETE

Le bureau politique de la Démocratie Chrétienne, DC, s’est réunie ce 14 juillet 2015 afin de dénoncer la grave impasse politique que vit la République Démocratique du Congo en ce moment, impasse qui risque d’aboutir à une crise politique majeure et mortifère pour le peuple congolais.

En effet, la DC constate que l’impasse politique actuelle se caractérise par :

  1. La caducité objective de l’actuel calendrier électoral publié par la commission électorale « indépendante », CENI en sigle, qui d’ailleurs avait fait l’objet d’ âpres critiques aussi bien de la population congolaise que des analystes politiques, à cause de son caractère irréaliste, certainement dû à son manque d’indépendance;
  2. La mise en place de nouvelles entités administratives à la hâte, sans programmation et sans budget, accompagnée d’une mise en place des institutions provinciales qui n’est pas conforme à l’actuelle Constitution en vigueur ;
  3. La prétendue tenue d’un dialogue politique censé résoudre l’impasse politique actuelle surtout en matière électorale, qui demeure un « leurre » sans aucun signe concret de lancement et organisation dans un délai raisonnable et qui soit respectueux des préalables de l’ opposition politique.

A la place, les congolais ont eu droit a une sorte de monologue de M. Kabila qui tend à infantiliser le peuple congolais plutôt que l’éclairer, une fois pour toute, sur sa réelle volonté de respecter le limite de mandats présidentiels, selon les termes et les temps strictement définis par la Constitution en vigueur.

4. La Démocratie Chrétienne constate qu’aucun signe concret de décrispation politique devant précéder le lancement effectif d’un véritable processus électoral digne de ce nom n’est observé, malgré les nombreux engagements dans ce sens de M. Kabila, signataire de l’Accord Global d’Addis-Abeba qui, surtout dans son volet interne, est resté lettre morte à ce jour. Egalement, les résolutions du Forum politique nomme Concertations Politiques sont restées sans suite, même en ce qui concerne les prisonniers politiques nommément cités par les résolutions politiques et qui croupissent encore dans les geôles du régime Kabila : nous citons le Président Eugene Diomi Ndongala, M. Kikunda et M. Kikunda et M. Yangambi.
Face a cette situation générale d’impasse politique qui risque de se transformer bientôt en une crise politique majeure, la Démocratie Chrétienne alerte l’opinion nationale et internationales sur les conséquences dangereuses pour la paix en RDC de la « stratégie du chaos » qui manifestement est prônée par les actuels animateurs des institutions politiques issus des élections frauduleuses de 2011, dans l’objectif néfaste et irresponsable d’ amener le pays face à une situation d’absence aussi bien de dialogue politique que d’organisation d’ élections crédibles et respectueuses des contraintes constitutionnelles.
C’est pourquoi la Démocratie Chrétienne invite particulièrement l’opposition politique congolaise et la société civile progressistes à ne pas céder à toute forme de compromission qui risquerait de compromettre le futur de la nation congolaise et mettre définitivement un terme à son processus de démocratisation déjà gravement entaché par des violations massives des droits de l’homme ainsi que des droits civils et politiques des citoyens congolais.
En effet, les manœuvres politiciennes du régime ne doivent pas faire oublier au peuple congolais les massacres qui se poursuivent aussi bien a l’Est qu’a l’ ouest de la RDC, dans le Nord Kivu et à Kinshasa avec la multiplication de fausses communes qui ne font l’ objet d’ aucune enquête indépendante, alors que la répression politique continue à être exercée sur l’ opposition politique et la société civile afin de réduire au silence toute forme de revendication démocratique et de liberté d’ expression.
Le phénomène de la multiplication des prisonniers politiques et l’instrumentalisation de la justice sont les symptômes les plus graves d’ une société malade à cause de la privation de ses libertés fondamentales et la chosification de ses citoyens qui sont expressément privés de la voix de ceux qui osent parler en leur nom afin que la gabegie financière, les détournements de l’ argent du contribuable congolais à travers une gestion non budgétaire des recettes publiques se poursuivent, alors que la RDC demeure le pays le plus pauvre au monde par revenu pro – capita.
Comment ne pas évoquer le détournement de plus de 700 millions de dollars consacrés par les budgets nationaux de 2012 à 2014 aux élections, volatilisé sans qu’aucune explication ne soit donnée au contribuable congolais, alors que le régime Kabila, se prévalant de ses propres turpitudes, évoque la question du manque de ressources financières afin de justifier son inaction en ce qui concerne l’organisation effectives des scrutins électoraux ?

Face à ces dérives dignes d’un pays à l’abandon et dominé par la répression politique et la mauvaise gouvernance, il sied de se demander, comme justement fait un partie éclairée de la diaspora congolaise, que pouvons–nous nous attendre d’un processus électoral piège et congelé, qui évolue, de plus, dans un conteste de répression politique et violation massive des droits humains ?

Voilà pourquoi la Démocratie Chrétienne estime que le moment est venu de cesser d’accompagner ce régime dans sa stratégie mortifère du Chaos et de lui demander des comptes, avant que ses stratégies mortifères de confiscation du pouvoir n’aboutissent à des nouveaux massacres.

Fait à Kinshasa, le 16/07/2015
Marc Mawete,
Porte parole Adj
DC

Cet article a été publié dans rdc. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s