FLASH: 500 JEUNES MANIFESTANTS ENLEVÉS LE 19 ET LE 20/09/2016 SONT EN TRAIN D’ETRE JUGES EN CE MOMENT A MAKALA SANS AUCUN RESPECT DES REGLES D’UN ETAT DE DROIT

Résultat de recherche d'images pour "repression rdc"

FLASH: 500 JEUNES MANIFESTANTS ENLEVÉS LE 19 ET LE 20/09/2016 SONT EN TRAIN D’ETRE JUGES EN CE MOMENT A MAKALA SANS AUCUN RESPECT DES REGLES D’UN ETAT DE DROIT

les_prisoniers_de_la_prison_centrale_de_makala

Sources du barreau de Kinshasa /Gombe  nous informent qu’en ce moment plus de 500 jeunes – dont certains mineurs – sont sommairement jugés à la prison de Makala, sans aucun respect des règles de base d’un procès équitable.

Ils sont tous jugés pour insurrection et les condamnations tombent en cascade, après des procès expéditifs, sans preuves et sans défense, dont la durée ne dépasse pas les 15 minutes.

Certains, dans ces conditions iniques et contraires aux règles d’ un état de droit, ont été condamnés jusqu’ à 15 ans de prison.

Les juges se disent sous pression et d’avoir reçu consigne de juger sévèrement les jeunes manifestants. Les rares avocats de la defense sont ignorés par les juges qui condamnent tout le monde sans distinction et sans dossier à charge.

La même instrumentalisation de la justice à des fins politiques concerne aussi des jeunes de moins de 18 ans, soustraits ainsi à leur juges naturel – Tribunal des mineurs –  et soumis au même régime de peine et emprisonnement que les adultes.

Libérez les prisonniers politiques de la RDC.

Marc Mawete,

Ligue des Jeunes de la MPP

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

Congo-Kinshasa : le poste de président contre celui de Premier ministre /la LIBRE BELGIQUE

Marie-France Cros Publié le vendredi 16 septembre 2016 à 06h59 – Mis à jour le vendredi 16 septembre 2016 à 07h00

International

Le « Dialogue » politique, destiné à préparer un calendrier électoral conforme à la Constitution, devait se terminer jeudi; les conclusions en sont reportées au week-end prochain. D’ores et déjà, cependant, se dessine un marchandage qui confirme les craintes de l’essentiel de l’opposition congolaise, qui a refusé d’y participer : ce forum est organisé pour permettre au président Kabila de se maintenir au pouvoir, alors qu’il doit constitutionnellement l’abandonner le 19 décembre.

Mercredi soir, le facilitateur du Dialogue a annoncé un accord entre la Majorité présidentielle et la minorité d’opposants participant à ces discussions : le cycle électoral commencera par l’élection, le même jour, du président, des députés nationaux et provinciaux; la Majorité voulait commencer par les locales, très longues à mettre sur pied.

Présenté comme une victoire par les opposants présents au Dialogue, cet accord est considéré par la presse d’opposition comme une petite compensation à une concession majeure faite à la Majorité : le « consensus » sur une refonte du fichier électoral, qui prendra seize mois – par préférence à des propositions moins longues. Donc retardera la présidentielle.

La Majorité a aussi accepté une refonte du gouvernement, officiellement coupable de n’avoir rien fait pour organiser les élections dans les temps légaux. A Kinshasa, on considère comme « candidats Premier ministre » les deux co-modérateurs du Dialogue, Alexis Thambwé Mwamba (Majorité) et Vital Kamerhe (opposition acceptant de siéger au Dialogue), dont le parti serait ainsi associé au pouvoir, comme celui de Léon Kengo wa Dondo le fut à l’issue des Concertations nationales de 2013 (forum du même type que le Dialogue).

Craintes de violences la semaine prochaine

La majeure part de l’opposition considère le Dialogue comme nul et non avenu puisqu’il a lieu sans elle et n’est donc pas « inclusif« , comme il devait l’être, ni ne respecte la Constitution. Elle s’apprête donc à lancer des « actions » à partir de lundi prochain, 19 septembre.

Si ces « actions » sont annoncées pacifiques, les Congolais craignent des violences. Mercredi, le régime a fait défiler son arsenal anti-émeutes dans Kinshasa; il a fait dernièrement d’importants achats de matériel répressif.

Or, les révoltes contre des abus de la police se multiplient: à Kolwezi, deux morts; à Kasumbalesa, trois morts; à Tshimbulu, plusieurs dizaines de morts selon les ressortissants du Kasaï en Belgique. Et les réseaux sociaux diffusent un appel à « appliquer dès le 20 septembre, l’article 64 » de la Constitution, qui enjoint aux Congolais de « faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ».

http://www.lalibre.be/actu/international/congo-kinshasa-le-poste-de-president-contre-celui-de-premier-ministre-57dac5fb3570b0f26a15134a#.V9u82Oy7AIL.twitter

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

RASSEMBLEMENT A PARIS: « AMORCER LE PROCESSUS DE L’ALTERNANCE » /FREDDY KITA MPP

RASSEMBLEMENT A PARIS: « AMORCER LE PROCESSUS DE L’ALTERNANCE »

rassemblement-paris

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

Comme ils ne sont pas acteurs politiques, ils peuvent monologuer

Comme ils ne sont pas acteurs politiques, ils peuvent monologuer

Comme ils ne sont pas acteurs politiques, ils peuvent monologuer

Par Jean-Pierre Mbelu

Les embourgeoisés de la politique congolaise ont fait le choix pour l’inconstance et l’inconsistance. Ils justifient mensongèrement leur inconstance en soutenant que « la politique est dynamique ».

Souvent, ils ne disent pas de quelle politique il s’agit. Ils ne disent pas s’il s’agit des coups fourrés qu’ils se permettent d’asséner aux populations congolaises en complotant derrière leur dos ; ou de l’arbre à palabre qu’ils sont incapable d’instaurer au cœur du Congo-Kinshasa afin de radicaliser la participation citoyenne à l’édification de  »la res publica ».

Embourgeoisés et vendeurs d’illusions

Désorientés existentiels depuis l’assassinat de Patrice Emery Lumumba, ils ont choisi l’errance comme mode opératoire pour mieux être à jamais au service de  »nouveaux cercles de pouvoir » en échappant au contrôle populaire. Ils mènent leur lobbying à l’envers. Ils choisissent de se vendre aux multinationales et à  »leurs petites mains » avant d’aller vers les masses populaires pour leur mentir en soutenant qu’ils militent pour leur cause. Appauvries, opprimées, réprimées et dégradées, ces masses éprouvent les graves difficultés du monde à comprendre que ces vendeurs d’illusions sont en train de vendre le pays en instrumentalisant leur caution.

Ces embourgeoisés et vendeurs d’illusions, coachés par les services secrets des pays soutenant  »les nouveaux cercles de pouvoir », multiplient à l’infini leurs  »ligablos » communément appelés  »partis politiques » pour mieux jouer leur rôle de nègres de service. Pour justifier cet errement, ils vous disent : »La politique est dynamique ». Or, ils ne font pas la politique. Ils ne sont pas acteurs politiques, comme dirait Mufoncol Tshiyoyo. Ils ne sont que des garçons de course, bien dans leur peau d’esclaves volontaires.

Quand ils font semblant de mener un travail de lobbying, ils vont chercher le soutien financier et martial auprès des entreprises multinationales capables de soutenir  »le génocide des peuples » pour avoir accès aux matières premières stratégiques.

Il est curieux qu’ils ne parlent presque pas des enjeux de cette politique qui serait dynamique. Pire, ils ne semble avoir tiré aucune leçon de l’engagement de Laurent-Désiré Kabila avec l’ AMFI(American Mineral Fields Incopored) , ni de Patrice Emery Lumumba avec l’ONU. Quand ils font semblant de mener un travail de lobbying, ils vont chercher le soutien financier et martial auprès des entreprises multinationales capables de soutenir  »le génocide des peuples » pour avoir accès aux matières premières stratégiques. Embourgeoisés, ils ont du mépris pour leurs masses populaires qu’ils assimilent aux  »indigents ». Les sacrifier sous les bombes, les couteaux, les haches et les fusils des autres esclaves volontaires congolais ou africains est une option qu’ils chérissent pour demeurer nègres de service.

Une bonne partie de la diaspora congolaise va encore résister

Leurs applaudisseurs, minés par le complexe d’infériorité, ont du mal à analyser leur errement en recourant à l’histoire. Ayant rompu avec la lecture de l’histoire telle qu’elle est réécrite par les dignes filles et fils du Congo-Kinshasa, ils insultent et appellent la mort des contradicteurs de  »leurs maîtres », ces négriers des temps modernes. Ils ont vite oublié que pour avoir refusé de laisser les négriers rwandais et ougandais génocider davantage les Congolais et à l’AMFI de balkaniser le Congo-Kinshasa à partir du 02/08/1998, il a été assassiné le 16 janvier 2001.

Il devait mourir pour que JOKA poursuive cette œuvre comme  »Cheval de Troie » de Paul Kagame. Il l’a si bien fait que les infiltrés, esclaves des négriers des temps modernes, se sont démultipliés et ont impuissanté toutes les structures et institutions de pouvoir congolaises, aidés et soutenus par les forces de l’ONU.

Les séductions de l’embourgeoisement pourraient vaincre certains résistants de l’intérieur. Mais pas tous. Une bonne partie de la diaspora congolaise va encore résister.

N’ayant rien appris des erreurs de Patrice Emery Lumumba, les embourgeoisés du Congo-Kinshasa sont disposés à aller s’agenouiller aux pieds de l’ONU. Ce machin dont la présence au Congo-Kinshasa en 1960-1961 a facilité l’assassinat de Lumumba et la recolonisation de son pays. Comme ils ne sont pas acteurs politiques, ils estiment qu’à force de faire la même chose, et encore la même chose, ils vont, comme le dirait Einstein, parvenir à des résultats différents.

Non. Cet errement n’aboutira à aucun résultat différent. L’ONU est une machine à casser la résistance des peuples éveillés. Elle sait qu’au Congo-Kinshasa, tous les Congolais et toutes les Congolaises ne sont pas encore passés dans le camp des applaudisseurs des esclaves volontaires et autres négriers des temps modernes. Par sa mise du Congo-Kinshasa sous tutelle, elle travaille à casser ces minorités vigilantes. La lutte est âpre et intéressante à la fois. Les séductions de l’embourgeoisement pourraient vaincre certains résistants de l’intérieur. Mais pas tous. Une bonne partie de la diaspora congolaise va encore résister.

Mbelu Babanya Kabudi
Génération Lumumba 1961
Membre du Corps des Gardiens de la Mémoire Collective Congolaise

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

MOLEKA QUITTE LE DIALOGUE POUR NON LIBERATION PRISONNIERS POLITIQUES ET LE MANQUE DE BONNE FOIS DE LA MP

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

RDC: le Dialogue tourne à la foire aux postes de pouvoir

RDC: le Dialogue tourne à la foire aux postes de pouvoir

Marie-France Cros Publié le jeudi 08 septembre 2016 à 08h01 – Mis à jour le jeudi 08 septembre 2016 à 08h01

International Le « Dialogue » politique, forum destiné à établir un calendrier électoral conforme à la Constitution, s’est ouvert sous de mauvais auspices. Son fonctionnement a confirmé les craintes, poussant l’Eglise à menacer, mardi, de claquer la porte. Vital Kamerhe, arrivé troisième à la présidentielle frauduleuse de 2011, a adopté une courbe rentrante qui suscite beaucoup de commentaires.

Le président Kabila est hué par la foule au stadeLe cri est sorti de 80 000 poitrines : « Kabila, sache-le : le mandat est fini ! » C’était dimanche, au stade des Martyrs de Kinshasa, où l’équipe nationale congolaise dominait celle de Centrafrique. Mais dans la liesse de la victoire pressentie, ce n’est pas la gloire des « Léopards » que le public chantait mais ce « Kabila, yebela : mandat esili ! » Et contrairement à l’habitude, les supporters n’ont pas fêté leur victoire dans les rues, en sortant du stade. « Exceptionnel« , nous disent plusieurs Kinois.

La veille, Olive Kabila, épouse du président, n’était pas arrivée à remplir plus de la moitié du stade Kibassa Maliba (35 000 places), dans un quartier populaire de Lubumbashi (Haut-Katanga), alors qu’elle y distribuait des colis scolaires. Et l’avant-veille, à Kindu (Maniema, province considérée pourtant comme le dernier fief fidèle au président Kabila), un match de foot impliquant l’équipe de l’opposant Moïse Katumbi, le Tout-Puissant Mazembe, a tourné à la manifestation pour « Moïse« , dont le nom a été scandé par des milliers de personnes.

« C’est un signe clair« , dit l’un de nos interlocuteurs. « Comme l’a été le bon suivi du mot d’ordre ‘écoles mortes’ du Rassemblement » de l’opposition, lundi, avec un large boycott de la rentrée des classes. « Les gens l’ont bien suivi à la fois parce que ça leur permet de reporter à plus tard les frais scolaires, alors que les prix ont grimpé et que la situation est très dure pour beaucoup de gens – mais les autorités ne s’en occupent pas – et parce que tout le monde a peur de troubles. Tout le monde dit que ça va finir par barder parce que Kabila n’a pas l’intention de partir » à la fin de son mandat, le 19 décembre.

LA LIBRE BELGIQUE

http://www.lalibre.be/actu/international/rdc-le-dialogue-tourne-a-la-foire-aux-postes-de-pouvoir-57d03b063570646c923a6365

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

LES FILIMBI LIBERES RENDENT VISITE A Mme DIOMI et AU PORTE PAROLE AJ. DE LA MPP

fred yves et patrizia Diomi 300816

Yves Makwambala, Patrizia Diomi et Fred Bauma, en présence du Porte-Parole  AJ. de la MPP, Mons. Madi Mwana, le lendemain de leur placement en liberté provisoire.
Les Filimbi continueront le combat pour soutenir la libération du prisonnier politique Eugène Diomi Ndongala et les autres prisonniers politiques de la RDC.

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

RD Congo : la VSV demande la libération définitive de tous les prisonniers politiques et d’opinion

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) prend acte de la libération de quatre détenus politiques et d’opinion et saisit l’occasion pour demander au Chef de l’Etat, Joseph Kabila d’ordonner au Ministre de la Justice et Droits Humains de procéder à la libération définitive de tous les prisonniers et détenus politiques et d’opinion pour garantir la tenue en toute inclusivité et sérénité du dialogue national.

Tout en saluant la libération annoncée vendredi 19 août 2016 de quatre des défenseurs de Droits humains en l’occurrence : MM. Christopher Ngoyi (Secrétaire Général de l’ONGDH Synergie Congo Culture et Développement et Coordonnateur de la Société Civile de la RDCongo), Freud Bauma et Yves Makwambala (Membres de la Lutte pour le Changement, LUCHA), ainsi que Jean Marie Kalonji (Coordonnateur du Mouvement Citoyen 4ème Voix), la VSV demeure cependant au regret de constater que la liste publiée par le Ministre de la Justice et Droits Humains reprend les noms de vingt personnes qui ont été soit acquittées, soit ont purgé leur peine ou ont été libérées ou avaient déjà bénéficié de la libération conditionnelle depuis plusieurs mois.

Après examen, ladite liste ne risque pas moins d’exacerber le climat politique et social dans la mesure où des acteurs politiques, d’autres membres de mouvements citoyens, des proches de l’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, des membres du parti politique UNAFEC… arrêtés ou condamnés à l’issue des procès expéditifs visant à museler l’opposition politique et le mouvement associatif en RDCongo n’ont pas bénéficié de cette libération.

Il s’agit entre autres de : MM. Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala, Jean de Dieu Kilima, Bienvenu Matumo, Héritier Kapitene, Godefroid Kahambo, Victor Tesongo, Yannick Kibinda Mukeba, Franck Mwashila, Idi Sefu, Prof Huit Mulongo, Kalenga Kinyango Kakoko, Kazadi Bukasa, Kapenda Bupe, Kabemba Rujembe, Masangu Umba, Tshibwabwa Kabongo, Kalonji Mukeba, Mbav Kabwand, Kabwiche Mwenye Youssouf, Kabala Mulimba Olivier, Ngongo Kasongo Joseph, Mulumba Mutombo, Twite Kalomba, Lwembe Munika, Kabenda Limai, Alain liunga Lufuluabo, Odon Kapiamba Tshisuaka, Lieutenant Colonel Evo Kazadi, Victor Tshitenge, Achim Sebela Nadonye, Aiphonse Lemena Lemos, Kabongo Tshona, Firmin Yangambi, Norbert Luyeye et ses six proches, Espoir Ngwala, Makambo et ses vingt coaccusés…

Prenant en compte l’intérêt supérieur de la nation, la VSV pense qu’il est important et impératif pour les autorités rdcongolaises de donner un signal fort et rassurant, en ordonnant la libération définitive de tous les prisonniers et détenus politiques et d’opinion en vue de garantir la participation de toutes les forces politiques et sociales au dialogue politique national inclusif, et ce, dans le but d’assurer ensemble l’alternance démocratique apaisée en RDCongo.

C’est ici l’occasion pour la VSV d’inviter le facilitateur M. Edem Kodjo à ne pas faire preuve de précipitation par la convocation du démarrage des travaux préparatoires du dialogue sus évoqué, mais à tout mettre en œuvre avec l’appui du groupe de soutien à la facilitation ainsi que la CENCO pour garantir la participation de toutes les forces politiques et sociales, gage de l’inclusivité et de l’opposabilité des résolutions.

Somme toute, la VSV demande au Chef de l’Etat M. Joseph Kabila de :

– ordonner la libération définitive de tous les prisonniers et détenus politiques ou d’opinion;

– instruire les services de sécurité de mettre un terme aux enlèvements et arrestations arbitraires des acteurs de l’opposition politique et de la société civile;

– Oeuvrer effectivement et positivement en faveur de la tenue inclusive du dialogue politique national.

Fait à Kinshasa, le 22 août 2016.

LA VOIX DES SANS VOIX POUR LES

DROITS DE L’HOMME (VSV)



http://7sur7.cd/new/rd-congo-la-vsv-demande-la-liberation-definitive-de-tous-les-prisonniers-politiques-et-dopinion/

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

Décrispation du climat politique : L’UNC met à jour sa liste et demande la libération d’Eugène Diomi Ndongala en tête de liste

Décrispation du climat politique : L’UNC met à jour sa liste et demande la libération de Diomi

L’UNC et les associations et autres partis qui soutiennent Vital Kamerhe ont présenté ce samedi 20 août 2016 une liste actualisée des prisonniers dits politiques ou d’opinion. « L’UNC…

11 minutes ago
56 0

L’UNC et les associations et autres partis qui soutiennent Vital Kamerhe ont présenté ce samedi 20 août 2016 une liste actualisée des prisonniers dits politiques ou d’opinion.

« L’UNC et alliés estiment que cette mesure va dans la bonne direction, car elle est de nature à permettre aux acteurs politiques de se mettre dans les bonnes dispositions dans la perspective du dialogue que recommande la résolution 2277 (…) L’UNC et alliés demandent de corriger cette mesure en remplaçant les personnes déjà en liberté par d’autres personnes mais encore détenus en prison. »

La liste du parti de Vital Kamerhe et ses alliés comprend 39 personnes et 7 médias fermés.

communiqué UNC

communiqué UNC 2

communiqué UNC 3

https://actualite.cd/2016/08/20/decrispation-climat-politique-lunc-met-a-jour-liste-demande-liberation-de-diomi/

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

RDC : décrispation politique sélective à Kinshasa

RDC : décrispation politique sélective à Kinshasa

Le président Joseph Kabila a ordonné la libération de 24 prisonnier politiques et la réouverture de deux médias proches de l’opposition. Un geste qui bénéficie à la société civile, à l’UNC et au MLC, mais semble oublier l’opposant Moïse Katumbi.

Kabila portrait officiel.jpg

Face à une crise politique majeure, Joseph Kabila lâche du lest. Accusé pour ses opposants de retarder volontairement l’élection présidentielle de novembre pour se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat, le président Kabila vient d’ordonner par la voix de son ministre de la Justice, la libération de 24 prisonniers politiques. Parmi eux, le célèbre défenseur des droits de l’homme, Christopher Ngoyi, arrêté pendant les violentes manifestations contre la loi électorale de janvier 2015. Suivent les militants des mouvements citoyens, Filimbi et la Lucha, Fred Bauma, Yves Makwambala et Jean-Marie Kalonji. Des jeunes accusés de « complot contre le chef de l’Etat » alors qu’ils organisaient une conférence sur les alternances démocratiques en Afrique à Kinshasa.

Ouverture en trompe l’oeil ?

Toujours en signe « d’apaisement », le ministre de la Justice a annoncé la réouverture de deux médias d’opposition : CCTV, proche de Jean-Pierre Bemba et Canal Futur de Vital Kamerhe. Les Nations unies avaient dénoncé à nombreuses reprises le rétrécissement de l’espace démocratique en RD Congo, le harcèlement judiciaire contre des opposants et la fermeture de plusieurs médias d’opposition.

Présentées comme un geste de « décrispation politique », ces libérations représentent pourtant une ouverture en trompe l’oeil. Du coté des prisonniers politiques, deux prisonniers sont absents de la liste : Eugène Diomi Ndongala, proche de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, derrière les barreaux depuis 2013  ; et Jean-Claude Muyambo, accusé d’escroquerie et proche de Moïse Katumbi, en prison depuis 2015. Autre « bizarrerie » de ses libérations annoncées par le ministre de la Justice, 20 prisonniers de la liste seraient déjà libres, selon plusieurs sources. Ce qui ramènerai le nombre des libérés de 24… à seulement 4. Plusieurs détenus liés à l’affaire trouble des « mercenaires » de Moïse Katumbi et de l’UNAFEC de Gabriel Kyungu sont également absents de la liste.

liste tambwe

Dialogue politique moribond

Du côté des médias, les chaînes proches des opposants Moïse Katumbi et Gabriel Kyungu (TV Nyota et Mapendo) ne sont pas concernées par les réouvertures décrétées par le ministre de la Justice. Ce qui fait dire à certains observateurs que les gagnants de cette décrispation sont l’UNC de Vital Kamerhe et le MLC de Jean-Pierre Bemba, ignorant le camp Katumbi, dont 27 de ses proches sont toujours détenus.

Ce geste d’ouverture intervient alors que le président Joseph Kabila tente depuis plusieurs mois de convoquer un dialogue avec l’opposition afin de régler la crise politique. Beaucoup voient dans ce dialogue une simple manoeuvre pour légitimer son maintient au pouvoir au-delà de son dernier mandat, le 19 décembre 2016. Le chef de l’Etat doit donc l’organiser au plus vite. Les principaux partis refusent un (…) Lire la suite sur :

Logo Afrikarabia.png

Publié dans rdc | Laisser un commentaire