RD Congo : la VSV demande la libération définitive de tous les prisonniers politiques et d’opinion

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) prend acte de la libération de quatre détenus politiques et d’opinion et saisit l’occasion pour demander au Chef de l’Etat, Joseph Kabila d’ordonner au Ministre de la Justice et Droits Humains de procéder à la libération définitive de tous les prisonniers et détenus politiques et d’opinion pour garantir la tenue en toute inclusivité et sérénité du dialogue national.

Tout en saluant la libération annoncée vendredi 19 août 2016 de quatre des défenseurs de Droits humains en l’occurrence : MM. Christopher Ngoyi (Secrétaire Général de l’ONGDH Synergie Congo Culture et Développement et Coordonnateur de la Société Civile de la RDCongo), Freud Bauma et Yves Makwambala (Membres de la Lutte pour le Changement, LUCHA), ainsi que Jean Marie Kalonji (Coordonnateur du Mouvement Citoyen 4ème Voix), la VSV demeure cependant au regret de constater que la liste publiée par le Ministre de la Justice et Droits Humains reprend les noms de vingt personnes qui ont été soit acquittées, soit ont purgé leur peine ou ont été libérées ou avaient déjà bénéficié de la libération conditionnelle depuis plusieurs mois.

Après examen, ladite liste ne risque pas moins d’exacerber le climat politique et social dans la mesure où des acteurs politiques, d’autres membres de mouvements citoyens, des proches de l’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, des membres du parti politique UNAFEC… arrêtés ou condamnés à l’issue des procès expéditifs visant à museler l’opposition politique et le mouvement associatif en RDCongo n’ont pas bénéficié de cette libération.

Il s’agit entre autres de : MM. Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala, Jean de Dieu Kilima, Bienvenu Matumo, Héritier Kapitene, Godefroid Kahambo, Victor Tesongo, Yannick Kibinda Mukeba, Franck Mwashila, Idi Sefu, Prof Huit Mulongo, Kalenga Kinyango Kakoko, Kazadi Bukasa, Kapenda Bupe, Kabemba Rujembe, Masangu Umba, Tshibwabwa Kabongo, Kalonji Mukeba, Mbav Kabwand, Kabwiche Mwenye Youssouf, Kabala Mulimba Olivier, Ngongo Kasongo Joseph, Mulumba Mutombo, Twite Kalomba, Lwembe Munika, Kabenda Limai, Alain liunga Lufuluabo, Odon Kapiamba Tshisuaka, Lieutenant Colonel Evo Kazadi, Victor Tshitenge, Achim Sebela Nadonye, Aiphonse Lemena Lemos, Kabongo Tshona, Firmin Yangambi, Norbert Luyeye et ses six proches, Espoir Ngwala, Makambo et ses vingt coaccusés…

Prenant en compte l’intérêt supérieur de la nation, la VSV pense qu’il est important et impératif pour les autorités rdcongolaises de donner un signal fort et rassurant, en ordonnant la libération définitive de tous les prisonniers et détenus politiques et d’opinion en vue de garantir la participation de toutes les forces politiques et sociales au dialogue politique national inclusif, et ce, dans le but d’assurer ensemble l’alternance démocratique apaisée en RDCongo.

C’est ici l’occasion pour la VSV d’inviter le facilitateur M. Edem Kodjo à ne pas faire preuve de précipitation par la convocation du démarrage des travaux préparatoires du dialogue sus évoqué, mais à tout mettre en œuvre avec l’appui du groupe de soutien à la facilitation ainsi que la CENCO pour garantir la participation de toutes les forces politiques et sociales, gage de l’inclusivité et de l’opposabilité des résolutions.

Somme toute, la VSV demande au Chef de l’Etat M. Joseph Kabila de :

– ordonner la libération définitive de tous les prisonniers et détenus politiques ou d’opinion;

– instruire les services de sécurité de mettre un terme aux enlèvements et arrestations arbitraires des acteurs de l’opposition politique et de la société civile;

– Oeuvrer effectivement et positivement en faveur de la tenue inclusive du dialogue politique national.

Fait à Kinshasa, le 22 août 2016.

LA VOIX DES SANS VOIX POUR LES

DROITS DE L’HOMME (VSV)



http://7sur7.cd/new/rd-congo-la-vsv-demande-la-liberation-definitive-de-tous-les-prisonniers-politiques-et-dopinion/

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

Décrispation du climat politique : L’UNC met à jour sa liste et demande la libération d’Eugène Diomi Ndongala en tête de liste

Décrispation du climat politique : L’UNC met à jour sa liste et demande la libération de Diomi

L’UNC et les associations et autres partis qui soutiennent Vital Kamerhe ont présenté ce samedi 20 août 2016 une liste actualisée des prisonniers dits politiques ou d’opinion. « L’UNC…

11 minutes ago
56 0

L’UNC et les associations et autres partis qui soutiennent Vital Kamerhe ont présenté ce samedi 20 août 2016 une liste actualisée des prisonniers dits politiques ou d’opinion.

« L’UNC et alliés estiment que cette mesure va dans la bonne direction, car elle est de nature à permettre aux acteurs politiques de se mettre dans les bonnes dispositions dans la perspective du dialogue que recommande la résolution 2277 (…) L’UNC et alliés demandent de corriger cette mesure en remplaçant les personnes déjà en liberté par d’autres personnes mais encore détenus en prison. »

La liste du parti de Vital Kamerhe et ses alliés comprend 39 personnes et 7 médias fermés.

communiqué UNC

communiqué UNC 2

communiqué UNC 3

https://actualite.cd/2016/08/20/decrispation-climat-politique-lunc-met-a-jour-liste-demande-liberation-de-diomi/

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

RDC : décrispation politique sélective à Kinshasa

RDC : décrispation politique sélective à Kinshasa

Le président Joseph Kabila a ordonné la libération de 24 prisonnier politiques et la réouverture de deux médias proches de l’opposition. Un geste qui bénéficie à la société civile, à l’UNC et au MLC, mais semble oublier l’opposant Moïse Katumbi.

Kabila portrait officiel.jpg

Face à une crise politique majeure, Joseph Kabila lâche du lest. Accusé pour ses opposants de retarder volontairement l’élection présidentielle de novembre pour se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat, le président Kabila vient d’ordonner par la voix de son ministre de la Justice, la libération de 24 prisonniers politiques. Parmi eux, le célèbre défenseur des droits de l’homme, Christopher Ngoyi, arrêté pendant les violentes manifestations contre la loi électorale de janvier 2015. Suivent les militants des mouvements citoyens, Filimbi et la Lucha, Fred Bauma, Yves Makwambala et Jean-Marie Kalonji. Des jeunes accusés de « complot contre le chef de l’Etat » alors qu’ils organisaient une conférence sur les alternances démocratiques en Afrique à Kinshasa.

Ouverture en trompe l’oeil ?

Toujours en signe « d’apaisement », le ministre de la Justice a annoncé la réouverture de deux médias d’opposition : CCTV, proche de Jean-Pierre Bemba et Canal Futur de Vital Kamerhe. Les Nations unies avaient dénoncé à nombreuses reprises le rétrécissement de l’espace démocratique en RD Congo, le harcèlement judiciaire contre des opposants et la fermeture de plusieurs médias d’opposition.

Présentées comme un geste de « décrispation politique », ces libérations représentent pourtant une ouverture en trompe l’oeil. Du coté des prisonniers politiques, deux prisonniers sont absents de la liste : Eugène Diomi Ndongala, proche de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, derrière les barreaux depuis 2013  ; et Jean-Claude Muyambo, accusé d’escroquerie et proche de Moïse Katumbi, en prison depuis 2015. Autre « bizarrerie » de ses libérations annoncées par le ministre de la Justice, 20 prisonniers de la liste seraient déjà libres, selon plusieurs sources. Ce qui ramènerai le nombre des libérés de 24… à seulement 4. Plusieurs détenus liés à l’affaire trouble des « mercenaires » de Moïse Katumbi et de l’UNAFEC de Gabriel Kyungu sont également absents de la liste.

liste tambwe

Dialogue politique moribond

Du côté des médias, les chaînes proches des opposants Moïse Katumbi et Gabriel Kyungu (TV Nyota et Mapendo) ne sont pas concernées par les réouvertures décrétées par le ministre de la Justice. Ce qui fait dire à certains observateurs que les gagnants de cette décrispation sont l’UNC de Vital Kamerhe et le MLC de Jean-Pierre Bemba, ignorant le camp Katumbi, dont 27 de ses proches sont toujours détenus.

Ce geste d’ouverture intervient alors que le président Joseph Kabila tente depuis plusieurs mois de convoquer un dialogue avec l’opposition afin de régler la crise politique. Beaucoup voient dans ce dialogue une simple manoeuvre pour légitimer son maintient au pouvoir au-delà de son dernier mandat, le 19 décembre 2016. Le chef de l’Etat doit donc l’organiser au plus vite. Les principaux partis refusent un (…) Lire la suite sur :

Logo Afrikarabia.png

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

Majorité présidentielle populaire : le bureau politique exige la libération d’Eugène Diomi Ndongala/ LA DEPECHE

Majorité présidentielle populaire : le bureau politique exige la libération d’Eugène Diomi Ndongala/ LA DEPECHE

CONF MPP 2

Majorité présidentielle populaire : le bureau politique exige la libération d’Eugène Diomi Ndongala

Jeudi 11 Août 2016 – 21:40

Soulignant son combat pour le respect de la vérité des urnes, lors des élections de 2011, et l’acquisition de l’impérium par Étienne Tshisekedi, la Majorité présidentielle populaire (MPP) pense que son fondateur, dont les idées sont à la base de la création du Rassemblement né de la rencontre de Genval, qui est un  prisonnier politique, devra être libéré avant la tenue du Dialogue.

Le bureau politique de la MPP a tenu, le 11 août, dans la salle de conférences de la résidence Cana à Gombe. Cette conférence de presse a permis à cette plate-forme politique de faire le tour d’horizon de l’actualité brûlante au pays.

La MPP, en tant que membre signataire de l’Acte d’engagement de Genval, a manifesté sa joie pour la mobilisation massive des Congolais à l’occasion des deux premières manifestations politiques de terrain organisées par cette coalition de plates-formes politiques congolaises, le Rassemblement. Pour la MPP, ces deux manifestations populaires ont mobilisé des millions de Congolais, qui ont exprimé leur soutien aussi bien à l’opposition politique congolaise unie qu’à ses revendications.

« La MPP a voulu marquer, par  sa présence massive et remarquée aux manifestations du Rassemblement, son attachement à l’esprit nouveau qui anime l’opposition politique congolaise car la MPP fut, indiscutablement, le précurseur politique et idéologique du Rassemblement », a souligné le Pr Jean-Pierre Boka Kapella.

Cette plate-forme politique, après le constat de cette continuité historique, politique et idéologique, s’est également réjouie que «les germes semés grâce au sacrifice personnel de son porte-parole et fondateur, l’honorable Eugène Diomi Ndongala, puissent enfin produire des fruits, au bénéfice du peuple congolais ».

Retraçant le parcours politique du fondateur de la MPP, jusqu’à son emprisonnement, en passant sa garde au secret pendant cent jours ainsi que d’autres supplices auxquels il a été soumis à cause de sa position, la MPP pense que le devoir de mémoire est nécessaire pour comprendre pourquoi Eugène Diomi Ndongala, président national de la Démocratie chrétienne (DC) et Porte-parole de la MPP, n’est pas seulement « prisonnier politique » du régime en place mais aussi un leader de l’opposition qui a subi « un véritable harcèlement politique violent et de longue date, selon l’expression textuelle utilisée par l’Union Interparlementaire dans une des ses nombreuses résolutions le concernant.

Cette plate-forme a également adjoint au cas Diomi ceux de certains autres leaders politiques et membres de la société civile dont Christopher Ngoy, Jean-Claude Muyambo, Makwambala Yves et Fred Bauma, qui représentent, avec celui de d’Eugène Diomi Ndongala, les cas les plus emblématiques de la répression politique exercée depuis des années sur l’opposition et la société civile en RDC.

Parlant de la feuille de route amendée, la MPP, dans sa constance idéologique et historique, a tenu à rappeler le travail remarquable et de haute facture élaboré par la DC, la MPP, l’UDPS, le G14 et la société civile avant  la Constitution du Rassemblement, visant à établir le contexte, les objectifs et la structure d’un véritable Dialogue porteur de solutions pour la grave crise politique qui frappe la RDC. Aussi le bureau politique de la MPP a-t-il dit avoir suivi avec préoccupation les récentes déclarations faites par le président. Kabila en Ouganda, selon lesquelles « il aurait essayé de se dérober de l’échec de la non-organisation des élections générales, chargeant la Céni de toute responsabilité, tout en annonçant, comme s’il s’agissait de sa compétence et responsabilité personnelles, le report des élections générales, après la reconstitution du fichier électoral ».

La plate-forme, par la bouche de l’évêque Madi Mwana Emmanuel, a également tenu à rappeler à la mouvance au pouvoir l’interdiction, par la Constitution, de la reconstitution d’un parti unique, dont une des expressions les plus néfastes fut, à l’époque de Mobutu, la politisation des fonctionnaires et des militaires. Plusieurs acteurs politiques dont Lisanga Bonganga, Kitenge Yezu, Mushi Bonane, etc. ont marqué de leurs présence cette activité, en guise de soutien à Eugène Diomi et à la MPP.

Lucien Dianzenza
Légendes et crédits photo :
Les membres du bureau politique de la MPP et les alliés / photo Adiac
http://www.adiac-congo.com/content/majorite-presidentielle-populaire-le-bureau-politique-exige-la-liberation-deugene-diomi
Publié dans rdc | Laisser un commentaire

CONFERENCE DE PRESSE DU BUREAU POLITIQUE DE LA MAJORITE PRESIDENTIELLE POPULAIRE, MPP, DU 11/08/2016


CONFERNECE DE PRESSE 118160001CONFERNECE DE PRESSE 118160002CONFERNECE DE PRESSE 118160003CONFERNECE DE PRESSE 118160004CONFERNECE DE PRESSE 118160005

CONFERENCE DE PRESSE DU 110816

CONFERENCE DE PRESSE DU BUREAU POLITIQUE DE LA

MAJORITE PRESIDENTIELLE POPULAIRE, MPP, DU 11/08/2016

Chers Invités,

Chers amis de la presse,

Mesdames et Messieurs,

Au nom du Bureau Politique de la MPP, je vous remercie de votre présence à cette activité de la plate-forme politique chère au Président Eugène Diomi Ndongala.

I – EVALUATION DES MANIFESTATIONS POPULAIRES DU RASSEMBLEMENT DE L’OPPOSITION

La Majorité Présidentielle Populaire, (MPP), en tant que membre signataire de l’ Acte d’ Engagement de Genval, le document politique fondateur du Rassemblement de l’Opposition Politique Congolaise, tient à manifester sa joie pour la mobilisation massive des Congolais à l’occasion des deux premières manifestations politiques de terrain organisées par la plus importante coalition de plate-formes politiques congolaises qu’ est le Rassemblement:

– l’ accueil délirant et massif que les Congolais ont réservé le 27/07/2016 à S.E. Etienne Tshisekedi wa Mulumba, Président du Conseil des Sages du Rassemblement;

– le grand succès du Meeting politique populaire du 31/07/2016, organisé par le Rassemblement et animé par S.E Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

Ces deux manifestations populaires ont mobilisé des millions de Congolais, qui ont exprimé leur soutien aussi bien à l’opposition politique congolaise unie qu’à ses révendications.

La MPP a voulu marquer, par sa présence massive et remarquée aux manifestations du Rassemblement, son attachement à l’esprit nouveau qui anime l’opposition politique congolaise car la MPP fut, indiscutablement, le précurseur politique et idéologique du Rassemblement.

II – LA PERSECUTION ET LE COMBAT DU PRISONNIER POLITIQUE EUGENE DIOMI NDONGALA

En effet, depuis avril 2012, La Majorité Présidentielle Populaire avait invité la classe politique congolaise à s’unir autour de l’autorité morale de S.E. Etienne Tshisekedi, afin de constituer un bloc progressiste capable de recadrer la politique congolaise dans le sens des vraies aspirations du peuple assoiffé de liberté, de démocratie et qui, dans sa grande majorité, souhaite l’alternance et une véritable alternative politique, face à la mouvance de facto au pouvoir.

Après le constat de cette continuité historique, politique et idéologique, la MPP se réjouit que les germes semés grâce au sacrifice personnel de son porte-parole et fondateur, l’Hon. Eugène Diomi Ndongala, puissent enfin produire des fruits, au bénéfice du peuple congolais.

Depuis Janvier 2012, L’Hon. Eugène Diomi Ndongala, déjà à la tête d’une des 3 plate-formes qui avaient soutenu Etienne Tshisekedi à l’élection Présidentielle, l’ Union Sacrée pour l’Alternance, n’a cessé de révendiquer la victoire d’Etienne Tshisekedi à l’élection Présidentielle ainsi que la vérité des urnes bafouée à la suite du hold-up électoral de 2011.

Sa cohérence fut absolue, au point de refuser de siéger à l’Assemblée Nationale, selon le mot d’ordre du président Tshisekedi et selon sa conscience, malgré le vote massif des Kinois en sa faveur.

En tant que «fer de lance» de la révendication de la vérité des urnes, l’Hon. Eugène Diomi Ndongala décida de lancer une organisation de résistance politique pacifique dénommée «Majorité Présidentielle Populaire, MPP en sigle» et la veille du lancement officiel de cette plate-forme politique à laquelle avaient déjà adhéré

-1-

des dizaines de partis politiques de l’opposition, le régime Kabiliste organisa une diversion, montant une fausse affaire de mœurs contre le Président de la Démocratie Chrétienne, au siège dudit parti, qui d’ailleurs à été occupé par la police et confisqué depuis 2012.

Enlevé et détenu au secret, malgré son statut de parlementaire en fonction, le Président Eugène Diomi Ndongala fut libéré après 3 mois de tortures physiques et morales, visant à le faire taire et surtout à dissoudre la MPP.

Malgré les séquelles physiques dues aux mauvais traitements subis, le Président Eugène Diomi Ndongala a continué son combat au sein de la MPP, au point de faire l’objet d’une nouvelle arrestation et accusation d’atteinte à la sécurité de l’Etat dite «affaire de l’imperium».

Détenu malgré 3 ordonnances de mise en liberté provisoire non exécutées, l’Hon Eugène Diomi Ndongala sera jugé, au cours d’ audiences nocturnes, à huis clos, sans aucun respect des normes les plus élémentaires d’un procès équitable: les juges récusés furent maintenus en place; les prétendues victimes étaient dépourvues de document d’identité valable et prétextaient une fausse identité (faux père et fausse mère); aucune preuve factuelle n’a été exhibée contre l’Honorable Diomi et le procès s’est terminé sans que l’accusé ne soit entendu, ni les avocats ne puissent prononcer leurs plaidoiries.

Ainsi, par un faux procès nul et non avenu, l’Honorable Diomi fut condamné, tout en se reclamant innocent, sans aucun droit de recours et sans aucun respect des droits de la défense, à 10 ans de réclusion pour une accusation qui a toujours nié et qui n’a jamais été prouvée.

De plus, la chambre de la Cour de Cassation qui prononça ce jugement politique et scélérat, a siégé au nombre de 5 juges, alors que la Loi Cadre sur la Cour de Cassation prévoit qu’elle soit constituée par 7 juges.

La prise à partie des juges ayant commis ce forfait de violation flagrante du droit, n’a jamais été traitée par la Cour Suprême, malgré la requête en bonne et due forme introduite par les avocats du Président Eugène Diomi Ndongala.

Cette injustice et déni de justice due à une froide manipulation de l’appareil judiciaire à des fins politiques, amena l’Hon. Eugène Diomi Ndongala à introduire en octobre 2013 une plainte contre la RDC, auprés du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, pour violation du Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques. La plainte suit son cours au moment où nous parlons.

Notre devoir de mémoire est nécessaire pour comprendre pourquoi Eugène Diomi Ndongala, Président National de la Démocratie Chrétienne et Porte-Parole de la Majorité Présidentielle Populaire, n’est pas seulement «prisonnier politique» du régime Kabila mais aussi un leader de l’opposition qui a subi «un véritable harcèlement politique violent et de longue date», selon l’expression textuelle utilisée par l’Union Interparlementaire (UIP) dans une des ses nombreuses résolutions le concernant.

Certes, le cas du prisonnier politique Eugène Diomi Ndongala n ‘est pas le seul exemple d’instrumentalisation de la justice à des fins de répression politique.

En effet, les inculpations de Christopher Ngoy, Jean-Claude Muyambo, Makwambala Yves et Fred Bauma représentent, avec celui de d’ Eugène Diomi Ndongala, les cas les plus emblématiques de la répression politique exercée depuis des années sur l’opposition et la société civile au Congo-kinshasa.

Voilà pourquoi, la MPP et la Démocratie Chrétienne ne peuvent que saluer la prise de conscience aussi bien sur le plan national qu’international concernant l’impérieuse nécessité de libérer sans conditions, les prisonniers politiques de la RDC car, comme l’a si bien dit le Haut Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, Ra’ad Zeid Al-Hussein, récemment en visite à Kinshasa, «On ne dialogue pas dans la peur».En février 2012, Eugène Diomi Ndongala fut le premier opposant à proposer un Dialogue politique pour résoudre la crise de légitimité consécutive aux élections chaotiques et fraudeuleuses de 2011. Aujourd’hui, le pouvoir kabiliste, qui vante les tant les bienfaits d’un certain dialogue «sur mesure» et entouré plus de slogans que de substance, doit d ‘abord commencer par libérer les prisonniers politiques, comme le révendique le Rassemblement, la MPP et la DC et la majorité des ciongolais, devant libérer, en premier lieu, l’ Hon. Eugène Diomi Ndongala, le précurseur visionnaire du Rassemblement de l’Opposition autour d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba et celui -là même qui fut le fer de lance de la révendication de la vérité des urnes, sa seule etvéritable faute aux yeux de la mouvance kabiliste.

La population congolaise, par sa participation massive et historique aux manifestations du

-2-

Rassemblement de l’opposition le 27 /7/2016 et le 31/07/2016, a démontré concrètement sa maturité politique ainsi que son soutien aux révendications du Rassemblement.

III – LA FEUILLE DE ROUTE AMENDEE

Dans sa constance idéologique et historique, la MPP tient à rappeler le travail remarquable et de haute facture élaboré par la DC, la MPP, l’UDPS, le G14 et la société civile avant la constitution du Rassemblement, visant à établir le contexte, les objectifs et la structure d’un Véritable Dialogue porteur de solutions pour la grave crise politique qui frappe la RDC. Ce travail d’amendement positif de la feuille de route de S.E Etienne Tshisekedi, aboutit à l’élaboration d’une feuille de route amendée prévoyant un comité

-3-

préparatoire, l’inclusion de la société civile dans la structure du Dialogue ainsi que la définition des objectifs fondamentaux de ce-lui ci. Aussi, révendiquait-elle les préalables qui ont été, par la suite, faits siens par le Rassemblement.

Plus exactement:

a. l’élargissement de la facilitation au Groupe international d’appui;

b. Le préalable de la libération des prisonniers politiques avant tout Dialogue .

Voilà pourquoi, tout en rappelant que le Rassemblement de l’Opposition politique est né des germes jetés par la haute lutte et le combat des prisonniers politiques «phare», la MPP tient à déclarer son attachement à la vision du Dialogue projeté par l’Udps et Alliés, car c’est cette vision qui a convaincu le peuple congolais et la communauté internationale de l’opportunité d’un Dialogue politique selon l’Accord Cadre d’Addis-Abeba et la résolution du CSNU 2277.

IV – KABILA ET LE PROCESSUS ELECTORAL

Le Bureau Politique de la MPP a suivi avec préoccupation les récentes déclarations faites par M. Kabila en Ouganda, selon lesquelles il aurait essayé de se derober de l’échec de la non organisation des élections générales, chargeant la CENI de toute responsabilité, tout en annonçant, comme s’il s’agissait de «sa compétence et responsabilité personnelles», le report des élections générales, après la reconstitution du fichier électoral!

Dans son entendement contradictoire, c’est seulement après la constitution du nouveau fichier que le calendrier électoral sera publié par la CENI.

Il est, en effet, difficilement compréhensible qu’un responsable politique s’exonère allégrement de toute sa responsabilité par rapport au dérapage d’ un processus électoral, tout en annonçant, en lieu et la place de la Commission Électorale Nationale «Indépendante», la procrastination de la publication du calendrier électoral en violation de la Constitution, alors que la reconstitution du fichier devrait être une étape comprise dans le calendrier électoral global.

V – NON AU PARTI UNIQUE ET A SES MANIFESTATIONS

La MPP tient à rappeler à la mouvance au pouvoir, que les arts. 7 et 193 de la Constitution interdisent formellement la reconstitution d’un parti unique, dont une des expressions les plus néfastes fut, à l’époque de Mobutu, la politisation des fonctionnaires et des militaires. Également, dénonce-t-elle la volonté de ladite mouvance de contourner l’art 220 de la Constitution, afin de prolonger le deuxième et dernier mandat de M. Kabila.

VI – L’ECHEC SECURITAIRE ET LA «SOUS-TRAITANCE» DE LA SECURITE NATIONALE A DES ARMEES ETRANGERES

La MPP s’insurge contre la volonté de M. Kabila de vouloir éternellement faire «sous-traiter» la sécurité nationale congolaise par des armées étrangères, comme ce fut le cas, la semaine passée, lors de sa visite en Ouganda, où il a demandé aux forces ougandaises d’intervenir militairement en RDC pour l’énième fois, afin de mettre un terme aux exactions des rebelles ADF contre la population congolaise de Beni et ses environs.

Il sied de souligner qu’après plus de 15 ans de pouvoir, M. Kabila n’a pas reformé l’armée ni les services

-3-

de sécurité congolais, au point qu’ils soient désormais exploités essentiellement pour menacer les civils et l’opposition plutôt que pour défendre la population congolaise et son territoire.

Avec un bilan aussi négatif, les congolais ne sont pas prêts à donner une rallonge de mandat au locataire du Palais de la Nation, qui vise à se pérenniser au pouvoir par la force et en violant les droits civils et politiques du peuple congolais.

MAIS LE PEUPLE A DEJA PARLE LE 27/07/2016 ET LE 31/07/2016 ! IL A DIT CECI:

«LIBERTE POUR LES PRISONNIERS POLITIQUES»,

Que le régime Kabila libère ses otages que sont les prisonniers politiques, en commençant par le premier d’entre eux:

l’Honorable Eugène Diomi Ndongala.

Vérité et Justice pour le Congo,

Le peuple d’abord.

Pour le Bureau Politique de la Majorité Présidentielle Populaire, MPP,

Prof. Jean-Pierre Boka Kapella,

Mons. Madi Mwana Emmanuel,

Mme Eugénie Tshiela Compton

 

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

Voici la liste complète des prisonniers politiques transmise par Georges Kapiamba à Kodjo

Voici la liste complète des prisonniers  politiques transmise par Georges Kapiamba à Kodjo

dsc_0037-1200x1200


A Kinshasa :

Prison de Makala:

Eugène DIOMI Ndongala, Président de la Démocratie Chrétienne (DC), Porte Parole de la MPP, condamné à 10 ans à l’issue d’un procès totalement injuste et inéquitable, donc politique.

Jean-Claude MUYAMBO, Président de la solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement (SCODE) et en attente de jugement

Christopher NGOIE MUTAMBA, défenseur des droits de l’homme et en attente de jugement

Freud BAUMA, mouvement citoyen Lucha et en attente de jugement

Bienvenu MATUMO, mouvement citoyen Lucha et en attente de jugement

Héritier Marcel KAPITENI, mouvement citoyen Lucha et en attente de jugement

Victor TESONGO, mouvement citoyen Lucha et en attente de jugement

Yves MAKWAMBALA, mouvement citoyen Filimbi et attente de jugement

Godefroid KAHAMBO, mouvement citoyen Lucha et condamné à 3 ans de prison

Jean de Dieu KILIMA, mouvement citoyen Filimbi et attente de jugement

Jean-Marie KALONJI, mouvement citoyen 4eme voix et attente de jugement

Yannick KIBINDA MUKEBA, proche de Moîse Katumbi et attente de jugement

Franck MWASHILA, proche de Moîse Katumbi et en attente de jugement

IDI SEFU, proche de Moise Katumbi et en attente de jugement

Cachot ANR :

KABULO SIMBI ZAZOU, membre de l’UNAFEC/Kyungu et détenu au secret

KALENGA KINYANGO KAKOKO, membre de l’UNAFEC/Kyungu et détenu au secret

A LUBUMBASHI

Prison de la Kasapa :

Professeur Huit MULONGO, proche de Moise Katumbi et en attente de jugement

KAZADI BUKASA, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 2 ans de prison

KAPENDA BUPE, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 5 ans de prison

KABEMBA LUHEMBE, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 10 ans de prison

MASANGU UMBA, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 5 ans de prison

TSHIBWABWA KABONGO, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 5 ans de prsion

KALONJI MUKEBA, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 10 ans de prison

MBAV KABWAND, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 10 ans de prison

TWITE KALUMBA, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 10 ans de prison

KABWISHE MWENYE Yousouf (refugié burundais considéré à tort comme membre de l’UNAFEC/Kyungu) et condamné à 5 ans de prison

KABALA MULIMBA Olivier, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 15 ans de prison

MULUMBA MUTOMBO, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 15 ans de prison

NGONGO KASONGO Joseph, membre de l’UNAFEC/Kyungu et condamné à 15 ans de prison

Cachot ANR :

KAPENDA Lemal, membre de l’UNAFEC/Kyungu et détenu au secret.

LWEMBE MUNIKA Lumbic, beau-fils du député Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l’UNAFEC et détenu au secret

Voici la liste complète des prisonniers dits politiques transmise par Georges Kapiamba à Kodjo

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

LE MEETING DU RASSEMBLEMENT DU 31/07/16: la Majorité Présidentielle Populaire présente en tant que « precurseur »de la coalition de l’opposition derrière Etienne Tshisekedi

VIDEOS: MEETING DU RASSEMBLEMENT DE L’OPPOSITION DU 31/07/16 – la grande mobilisation de la DC et de la MPP -des millions kinois sur l’esplanade du Blvr Triomphal

VIVE L OPPOSITION MEETING 310716
en vidéo unique de 40 minutes:
Et en 3 parties:

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

DES MILLIONS DE KINOIS REPONDENT A L’APPEL DU RASSEMBLEMENT LE 31/07/16 A KINSHASA

*TSHISEKEDI SUR PODIUM 2PRISONNIERS POLITIQUES MEETING RESSEMBLEMENTDC MEETING 6MEETING 310716.pngMEETING DC 3IMAGE METTING 0foule meeting2tshisekedi sur podium rassemblementMILLIONS KINOIS AU MEETING RESSEMBLEMENTcotrhlkwyaanquwPhoto published for Etienne Tshisekedi : « Le peuple va imposer sa démocratie » (Fin du meeting) | Politico.cd

 

 

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

LE DISCOURS D’ETIENNE TSHISEKEDI AU MEETING POPULAIRE DU RASSEMBLEMENT

TSHISEKEDI AU MOMENT DISCOURS MEETING

cotm5plueaasnji

discours de tshisekedi au meeting

Ce qu’a dit Etienne Tshisekedi au meeting du Rassemblement

Politique le 31/07/2016 à 17h10

Ce qu'a dit Etienne Tshisekedi au meeting du Rassemblement S’exprimant en lingala, Etienne Tshisekedi a déploré les différentes souffrances qu’a connu le pays et notamment à l’est. Avant de faire observer une minute de silence.

Élections esi esalemi 

Dans la foule venue nombreuse au meeting, Etienne Tshisekedi voit un plébiscite sur sa personne.

Revenant sur les élections de 2011, dont il revendique la victoire, le président du conseil des sages du Rassemblement prévient que « ceux qui ont triché en 2011 n’auront plus l’occasion de nous tromper ».

Une référence au futur dialogue?

Et que « si au 19 septembre la CENI n’a pas convoqué l’électorat, nous parlerons de haute trahison ».

Etienne Tshisekedi se dit cependant toujours favorable au dialogue

Mais avertit aussi que « le peuple doit se prendre en charge pour exprimer sa souveraineté« .

Tous au dialogue, mais sous certaines conditions…

Toujours favorable à sa participation au forum, Etienne Tshisekedi se dit opposé au 3ème mandat et milite pour le strict respect de la constitution.

« On ne veut plus de morts car beaucoup sont déjà morts. Pas de violence. Celui qui tue, la CPI l’attend », prévient Etienne Tshisekedi qui a rappelé les préalables du Rassemblement à sa participation au dialogue, sans le facilitateur Edem Kodjo (désigné par l’UA), décrit dans son discours comme « un grand kabiliste ».

« La liste des prisonniers politiques (préalables à toute participation au dialogue) a été remise au groupe de soutien à la facilitation ».

Le mot de la fin

Saluant la diaspora « qui a beaucoup travaillé pour le pays », Etienne Tshisekedi a aussi annoncé que Moise Katumbi « va bientôt regagner le pays » et a dénoncé les accusations contre l’ancien gouverneur du Katanga.

A la fin de son discours, le président du conseil des sages a lancé un appel aux forces de l’ordre (militaires et policiers), « vous devez être au service de la nation, pas d’un individu ».

 
« Le peuple va imposer sa démocratie ».

 
Une version (français) du discours d’Etienne Tshisekedi a été remis à la presse à la fin du meeting.

http://mobile.topcongo.fm/article/ce-qu-a-dit-etienne-tshisekedi-au-meeting-du-rassemblement-1732

Publié dans rdc | Laisser un commentaire

TSHISEKEDI ACUEILLI COMME LE MESSIE A KINSHASA GRANDE MOBILISATION DE LA DC ET MPP

MPP TSHISEKEDI PERE DEMOCRATIE

 

 

Publié dans rdc | Laisser un commentaire